• frontpage2
  • frontpage1

Projet du nouveau temple

Le nouveau temple du khangtsène de Ngari du monastère de Séra Djé a été construit, en partie grâce à la collecte de fonds de la première et deuxième tournée européenne (2015 et 2016).

L'inauguration a eu lieu le 20 novembre 2016 en présence de Jangsé Tcheujé Rinpoché Lobsang Tènzin, de l'ancien et du nouvel abbé du monastère de Séra Djé, et de nombreux Rinpochés.

Plus de photos sur une des pages du site des amis du khangtsène de Ngari.

 Avec l’aide de nombreux soutiens, ainsi que grâce aux bénédictions et à l’importante contribution de Kyabjé Lama Zopa Rinpoché, le but d’accomplir le saint souhait de Khènsour Rinpoché Jampa Tègchok, à savoir de construire le nouveau temple, est maintenant réalisé.
Comme l’a écrit le bureau du khangtsène de Ngari le 22 juin :

« Nous sommes heureux de vous informer que le vénérable Kyabjé Zopa Rinpoché, le maître spirituel des centres de la Fondation pour la Préservation de la Tradition du Mahayana (FPMT) a fait une nouvelle donation de 74 168,53$ pour le nouveau temple du khangtsène de Ngari. Rinpoché a généreusement accepté de continuer à nous soutenir, afin que nous puissions rembourser les emprunts nécessaires à l’achèvement des travaux.
Au nom de toute la sangha du khangtsène de Ngari, nous remercions Son Eminence Rinpoché-la, son assistant, le vénérable Roger, ainsi que tous les membres et les soutiens de la FPMT.
Nous dédions tous les mérites générés par la construction du nouveau temple à l’accomplissement de la vision et des buts de Lama Zopa Rinpoché et de la FPMT ainsi que pour le prompt retour de la réincarnation de Khènsour Rinpoché Jampa Tègchok, afin qu’il puisse continuer à nous guider à travers le Dharma. »

Fournir aux moines une éducation appropriée
Les Tibétains ne peuvent malheureusement plus étudier le bouddhisme dans leur propre pays. Dans leur grande majorité, les réfugiés tibétains sont occupés à survivre. Ainsi, la préservation du boud-dhisme repose principalement sur les enseignements donnés dans les grands monastères reconstruits dans le sud de l’Inde. Le temple (tib. gompa) permet aux moines de se rassembler pour les poujas, pour les enseignements ou de suivre d’autres cours. C’est également le lieu où les moines vont passer leurs examens et où sont données des conférences sur la préservation de la culture tibétaine. les moines plus âgés utilisent la gompa quotidiennement pour se retrouver et méditer. Les jeunes moines y font leurs devoirs sous les yeux attentifs de leurs tuteurs.

Sa Sainteté le Dalaï Lama a rappeler aux populations des régions himalayennes le devoir qu’elles ont d’utiliser leur liberté et l’opportunité de pouvoir étudier et préserver le bouddhisme tibétain, lequel, a-t-il ajouté, traverse une passe difficile au Tibet. « Puisque le bouddhisme tibétain est une religion commune aux Tibétains et aux peuples de l’Himalaya, ceux-ci doivent faire de grands efforts afin de préserver l’ensemble des enseignements du Bouddha et de leurs commentaires écrits par les érudits de Nalanda. Les institutions monastiques d’Inde du Sud m’ont informé que les étudiants himalayens jouent un rôle important dans la préservation du bouddhisme, certains d’entre eux enseignant même dans les monastères, ce qui est grandement apprécié de tous. »

Khènsour Rinpoché Jampa Thègchok a dit : « Nous avons maintenant besoin d’un temple adapté, où nos moines pourront faire leurs poujas quotidiennes et pratiquer notre riche tradition bouddhiste. »

Lisez la lettre de Khènsur Rinpoché Jampa Thegchok's du 10/06/2014.

Il est dit : « Il n’y a pas de plus grands mérites qu’on puisse accumuler dans nos vies que de construire des temples et des monastères pour la sangha. En construisant des monastères, la sangha a la possibilité de pratiquer le vinaya (les règles de conduite) et de préserver et répandre le dharma du Bouddha. » Ainsi, de nombreux mérites, des bénédictions et d’ immenses bienfaits peuvent être obtenus par quiconque s’implique dans ce projet.